Projet de création d’une réserve communautaire pour protéger les singes menacés

Développer des filières durables et des cultures vivrières pour diminuer les pressions locales sur les ressources forestières et protéger des singes menacées.

Dans les forêts de Tanoé (Côte d’Ivoire) et de Kwabre (Ghana), Noé, à travers son programme Man and Nature, soutient le développement de filières durables de cacao certifié, d’huile de coco biologique, de produits forestiers non ligneux et de cultures vivrières. Aussi, l’association aide au renforcement de la gouvernance communautaire pour diminuer les pressions locales sur les ressources forestières.

Contexte local

Autour de la rivière Tanoé, les forêts de Kwabre au Ghana et de Tanoé en Côte d’Ivoire abritent une biodiversité exceptionnelle, dont certains primates des plus menacés au monde. Le développement des cultures tropicales comme l’hévéa, le cacao et le palmier à l’huile, en plus de l’exploitation forestière illégale et du braconnage, font pression sur l’écosystème et entraînent une déforestation de masse. Les primates voient leur habitat fortement diminuer, et les populations alentours deviennent de plus en plus vulnérables face aux aléas climatiques et à la destruction de leurs ressources naturelles.

Activités du projet

  • Développer des filières durables dans la zone pour gérer durablement les forêts : Le projet tend à structurer les filières de cacao certifié, d’huile de coco biologique, de manioc, ou encore d’autres produits forestiers non ligneux, au profit des populations locales. Le but est d’adopter des pratiques agricoles durables, mais aussi de trouver des débouchés commerciaux à ces produits.
  • Initier la création d’une réserve communautaire transfrontalière : Afin de gérer durablement les ressources naturelles, la première réserve naturelle transfrontalière d’Afrique de l’Ouest a été créée avec les autorités ghanéennes et ivoiriennes.
  • Renforcer les structures de gouvernance communautaire : Pour assurer l’application des lois sur la forêt, il est nécessaire d’améliorer la gestion et la surveillance de la réserve. Le projet renforce donc les structures de gouvernance communautaires et des patrouilles forestières.
  • Planter des arbres pour délimiter une zone tampon autour de la forêt : La délimitation de la forêt par l’établissement d’une zone arborée tampon permet de limiter l’accès aux ressources de la forêt primaire, et de limiter le contact entre la population locale et l’habitat naturel de la faune.
  • Capitaliser et diffuser les connaissances : Pour étendre et encourager les méthodes de production durable développées par le projet, les partenaires locaux assurent la capitalisation et la diffusion des connaissances acquises sur leurs techniques de production et de commercialisation.

Bénéfices du projet

Bénéfices environnementaux

  • Protection des primates : L’établissement d’une zone tampon arborée autour de la forêt primaire permet de limiter le contact entre la population et l’habitat naturel des primates. De plus, les alternatives économiques à la chasse et à la déforestation proposées par le projet participent à la diminution des pressions sur la forêt et la faune qu’elle abrite.
  • Agriculture respectueuse de l’environnement : La plantation d’arbres mellifères dans les zones dégradées permet de restaurer le couvert forestier et conserver l’écosystème, habitat de nombreuses espèces.
  • Lutte contre le braconnage : Le renforcement des patrouilles de surveillance permet d’augmenter considérablement le nombre d’arrestations dans la zone, et donc de limiter l’exploitation illégale de bois précieux et la chasse illégale.

Bénéfices sociaux

  • Renforcement de la société civile : Les structures de gouvernance communautaire sont renforcées par le projet, ce qui permet d’améliorer l’organisation de la population locale et son respect vis-à-vis des réglementations locales.
  • Formation des producteurs et productrices locales : Les producteurs sont formés à des pratiques agronomiques durables, aux normes des certifications biologiques, à la gestion de leur coopérative, et à la vente de leurs produits sur le marché, à différentes échelles.

Bénéfices économiques

  • Rémunération juste : L’obtention de certifications, la transformation locale des produits, la diversification des cultures, et la facilitation des accès aux marchés locaux et internationaux sont des moyens de valoriser la production. Cela assure de meilleurs revenus pour les producteurs et les productrices de la zone.

Partenaires locaux

  • West African Primate Conservation Action (WAPCA)
  • Action pour la Conservation de la Biodiversité en Côte d’Ivoire (ACB-CI)
  • Centre Suisse de Recherche Scientifique en Côte d’Ivoire (CSRS)

Chiffres clés

  • Nombre d’arbres plantés : 42.128
  • Nombre de bénéficiaires : 1.652
  • Année de lancement du projet : 2017
  • Essences plantées : Irvingia gabonensis, Ricinodendron heudelotii, Tieghemella africana, Xylopia aethiopica, Garcinia kola
  • Budget du projet : 100.000 €

PORTEUR DU PROJET

noe

Noé est une association qui a pour mission de sauvegarder la biodiversité en France et à l’international.

DÉCOUVRIR

RESTEZ CONNECTÉ(E) AUX PROJETS

Recevez des actualités des projets directement dans votre boîte e-mail.

all4trees

DON

 Soutenez les acteurs
engagés pour la
préservation et la
restauration des forêts